8 Novembre 2016, une journée qui a marqué les esprits ici aux Etats-Unis. Beaucoup de personnes ont comparé ce qu'elles ont vévu avec la journée du 11 Septembre 2001: Traumatisées, effondrées, choquées, incompréhension, tristesse, colère... La Caroline du Nord faisait partie des Swing states pour ces élections, ce qui a valu de nombreuses visites des candidats à Raleigh-Durham. Voici une photo avec Bill Clinton prise au magasin où nous faisons nos courses (Durham Co-op). Et la veille des élections, Hillary Clinton se trouvait à Raleigh pour un rassemblement en plein milieu de la nuit. Beaucoup de parents de notre entourage se sont organisés pour y aller. A ce moment là, la confiance de voir une femme prendre la tête du pays était assez forte.

14232561_1060462537335371_6496539977317330030_n

 Avant de me lancer plus en détail dans le vécu de ces élections, un petit rétrospectif de cette journée, qui avait commencé tout à fait normalement, avec une une fois de plus une balade en forêt. Les 2 grandes n'avaient de nouveau pas école (teacher work day). Eléonore a fait sa matinée dans sa classe comme d'habitude, et à la dernière minute, Abigaëlle est allée "travailler" dans son ancienne classe de Kindegarten car l'enseignant assistant était absent. Elle était ravie de remplir ce rôle, qu'elle a pris bien à coeur. Pendant ce temps, accompagnée de Coline et Mathilde nous avons rejoint les copains direction Turtle Hole, qui est devenu l'un de mes endroits préférés pour me ressourcer.

DSC00412.jpg

DSC00391.jpg DSC00393.jpg

DSC00395.jpg

DSC00397.jpg  

 Qu'est ce que l'on était bien, dans la nature, avec pour seuls bruits, le ruissellement de l'eau, le chant des oiseaux et les crissement des feuilles causés par les écureuils. Loin des préoccupations du quotidien et de l'actualité pesante.

DSC00403.jpg DSC00399.jpg

DSC00401.jpg

DSC00404.jpg

DSC00405.jpg

DSC00415.jpg DSC00416.jpg

DSC00420.jpg

DSC00421.jpg

DSC00423.jpg

DSC00425.jpg DSC00427.jpg

DSC00431.jpg DSC00435.jpg

 Sur le chemin retour, nous avons croisé une biche morte, ce qui a suscité de nombreuses questions !

DSC00437.jpg

 Revenons en aux élections... Cette campagne aura vraiment été inédite. Elle a suscité beaucoup d'inquiétude et a engendré de nombreux débats musclés sur les réseaux sociaux. Les discussions à la sortie d'école tournaient autour de la politique. Beaucoup de personnes ont avoué se sentir vraiment mal, à tel point que cela affectait leur quotidien: insomnie, dépression, prise d'anxiolytiques, augmentation de leur consommation d'alcool et junk food! Certains avaient même honte d'être américain durant toute cette campagne. On nous a aussi souvent demandé si nous comptions rester vivre aux Etats-Unis dans le cas où Donald Trump serait élu président. Bref, beaucoup de stress et d'inquiétude autour de nous, mais jusqu'au dernier moment, personne (de notre entourage) pensait que cela allait se finir par la victoire de Trump.

160201150128-trump-clinton-split-portrait-exlarge-169

Pour Lj et moi, cette campagne présidentielle fut l'occasion de comprendre un peu mieux le système électoral américain. Pas si simple quand on sait que chaque état a son propre fonctionnement. En Caroline du Nord, les électeurs ne se déplaçaient pas pour rien car en plus des élections présidentielles, ils votaient également pour élire un nouveau gouverneur, des juges et participaient à un référendum (concernant une hausse d'impôts pour soutenir les écoles publiques, le musée des sciences, la rénovation de la bibliothèque du centre ville) 

Le taux d'absentation est terriblement élevé aux Etats-Unis (à peu près la moitié des américains en mesure de voter ne se déplace pas dans les bureaux de vote). De nombreuses initiatives ont vu le jour pour inciter les gens à voter et leur faciliter la tâche au maximum.

  • La Caroline du Nord fait partie des états qui proposaient un "Early voting". Les gens avaient la possibilité de voter quelques semaines avant le 8 Novembre dans différents endroits de la ville. Notre église (ERUUF) en faisait partie et a d'ailleurs fait la une du New York times avec cette photo ;-) .

03UP-NC-master768

  • Proposer des lieux de vote à la sortie des salles de gym, bibliothèques
  • Recrudescence de volontaires pour aider au bon déroulement des élections avec différents types d'actions : Surveillance dans les bureaux de vote pour s'assurer qu'il n'y ait pas d'intimidations, innombrables appels téléphoniques pour s'assurer que les gens étaient inscrits sur les listes électorales, envoi de lettres manuscrites pour encourager les personnes à voter, porte à porte, co-voiturage pour amener les gens sur leur site de vote... Une bonne partie de nos amis étaient impliqués d'une manière ou d'une autre.

Et de manière plus anecdotique:

  • Offrir une collation une fois être allés votés. Cela se faisait à la sortie des bureaux de vote ou bien aussi certains restaurants comme Monuts offraient un donut pour tous ceux qui prouvaient qu'ils avaient voté...).
  • Les américains sont fans des stickers! Tel un enfant que l'on récompense d'un sticker pour avoir fait du bon travail, les américains recevaient un autocollant les félicitant d'être allés votés! Et ils étaient fiers de le porter. 

download

 

 L'après-midi du 8 Novembre, nous sommes allées à la bibliothèque et sans l'avoir fait exprès, nous étions sur un lieu de vote. Nous avons été accueillies par une panoplie d'affiches électorales.

DSC00445.jpg

 Des sympathisants sont là pour vous "accueillir" et vous encourager à voter pour leur parti, vous tendant une liste des différentes personnes pour qui voter. Il y a eu quelques incidents de reportés aux abords des bureaux de vote suite à des personnes qui essayaient d'intimider les votants. 

DSC00446.jpg

DSC00447.jpg DSC00448.jpg

     La Caroline du Nord a fini "rouge" bien que l'on ait de la chance d'être dans une petite bulle bleue à Durham...  Les jours qui ont suivi le résultat de ces élections ont été vraiment difficiles. Toute notre communauté était en état de choc. Beaucoup de parents avaient les yeux bien rouges et gonflés après une nuit blanche et la lourde tâche d'avoir eu à annoncer la nouvelles aux enfants au petit déjeuner. Comment trouver les mots? Une amie me disait que sa fille de 8 ans était en colère contre elle et avait l'impression qu'on lui avait menti car mon amie lui avait "promis" qu'elle pourrait écouter le premier discours de la première femme présidente des Etats-Unis.Dur dur...

   La journée d'école du mercredi 9 Novembre a été un peu spéciale, rythmée par des groupes de paroles et de soutien pour laisser la possibilité aux élèves d'exprimer leurs émotions. Certains enfants étaient effondrés et ont exprimé la peur de voir certains camarades de classe partir. Une amie d'Abigaëlle lui a même demandé si elle allait devoir quitter le pays suite à l'élection de Trump :-(  Il y a certains enfants qui sont sans papiers dans leur école et l'angoisse était palpable. Pas facile pour les enseignants d'avoir eu à gérer leur propre réaction ainsi que celle de leurs élèves. Cette année, ils communiquent beaucoup par texto avec les parents et le mercredi matin, j'ai reçu ce message du prof d'Abigaëlle "Our class had a long discussion this morning about the election and what they think it means. We are taking some time to make sure that everyone feels safe and knows that decisions are made by a community and not one person. We are going to continue our discussion later but please take some time today to remind our students that we are here to protect them".  Durant toute la semaine, à la sortie d'école je voyais des parents en larmes, se prenant dans les bras et essayant de se remonter le moral. Une atmosphère vraiment particulière s'est installée.  

Mathilde aura été mon vrai petit rayon de soleil durant cette semaine déprimante... 

DSC00583 DSC00588

DSC00611 DSC00613

 J'ai écrit cet article presque 3 semaines après le 8 novembre et l'incompréhension/indignation/colère/désespoir sont toujours là. La mobilisation est très forte pour  essayer de faire bouger les choses: Pétitions, appels téléphoniques aux élus locaux pour faire entendre le mécontentement. Et je dois dire que je suis fière de vivre dans une ville qui se mobilise autant. Un article publié à ce sujet par ici