Lundi 14 Octobre était un jour férié dans le Dakota du Sud: "Indigenous day". Il s'agit du jour où l'on célèbre la population indigène. Dans la majorité des états américains (ainsi qu'en Amérique latine et en Espagne) le deuxième lundi d'Octobre est appelé "Colombus Day" (Le Jour de Christophe Colomb). C'est un jour où l'on est censé commémorer la date d'arrivée de Christophe Colomb dans le Nouveau Monde en 1492. 

IMG_2711 IMG_2767

Cette journée de commémoration fait débat et est de plus en plus contestée de nos jours. Derrière la découverte de l’Amérique par le navigateur se cachent des faits moins glorieux, tels que la colonisation ou encore le massacre des Indiens d’Amérique. Quelques états américains comme l'Alaska, le Nevada, Hawaï et le Dakota du Sud ne reconnaissent pas la fête fédérale de Colombus Day et fêtent d’autres événements à la place.

Depuis notre relocalisation dans le midwest, on a vite réalisé que les tensions raciales sont ciblées entre les blancs et les indiens natifs (alors que sur le côte Est et dans le sud c'est d'avantage la population afro-américaine qui est la cible d'attaques). 

Indigenous-Day-poster IPD_day_graphic

 Dimanche dernier, nous étions à All Souls, la congrégation universaliste unitarienne de Sioux Falls. A l'occasion de Indigenous Day, nous avons eu le privilège d'écouter deux magnifiques témoignages d'indiens. Leur point de vue et récits de vie étaient poignants, déchirants et éclairants. Si vous avez un compte Facebook, vous pouvez voir les enregistrements des services du dimanche matin sur la page de All souls. Je vous mets le lien où Serene Thin Elk and John Williams partagent avec nous un peu de leur histoire.  https://www.facebook.com/AllSoulsUUSiouxFalls/videos/576004286476889/

Je me sens un peu "bête" car je n'ai jamais vraiment eu l'occasion de réfléchir à la manière dont les natifs américains sont traités dans ce pays. Ce qui est triste c'est de constater que c'est aussi le cas pour une grande partie de la population américaine actuelle. Il y a une grande indifférence concernant le sort de cette population.  

Serene et John ont commencé leur échange par une statistique qui m'a interpelée: seulement 22% de la population amérindienne vit actuellement dans des réserves. Les 88% restants sont des "indiens urbains", comme eux. La grande majorité de la population amérindienne vit donc dans les villes tout en essayant d'honorer leurs ancêtres et de faire perdurer les traditions et coutumes de leur peuple. Cette génération porte aussi tout le poids des traumatismes et génocides endurés durant de nombreuses années. Ce n'est pas facile.

72310276_3018357738180137_3705884356368138240_n (1)

J'étais remplie de bonnes intentions pour honorer Indigenous Day. Les filles n'avaient pas école. Elles sont en vacances depuis une petite semaine. Je voulais les amener en centre ville pour assister à la parade et enchaîner avec un Pow wow. Ces derniers sont des rassemblements d'Amérindiens permettant de maintenir leur héritage culturel avec des défilés, des chants, des danses. Au final, nous avons passé une grande partie de la journée au Museum of visual materials à faire des activités manuelles sur le thème de la journée (attrape rêve, tippi...)

IMG_2768 IMG_2770

Je me suis lancée dans la lecture de la biographie de Crazy Horse, un célèbre chef indien de la tribu des Lakotas. Il est une figure emblématique du combat des peuples amérindiens contre l'invasion des colons.

51WTIc9WEDL

 

En lien avec cette journée de commémoration, nous sommes allés à la découverte de la dernière addition de "parc d'état" de la région:  Good Earth State Park. Ce lieu, réputé pour sa beauté pastorale, est devenu parc d'état en 2012.  Bonus: Il se trouve à seulement 10mn de la maison. Ce fut une drôle de sensation de se balader dans le parc en réalisant que ces terres restent sacrées pour la population amérindienne. Un lieu chargé d'histoire donc, qui inspire à ralentir et réfléchir.

IMG_2403

 Le nom "Blood run" (qui signifie littéralement sang qui coule) donne l'impression que de violentes batailles ont eu lieu dans le coin mais en réalité c'est tout le contraire. Cet endroit a été reconnu comme un site historique national en 1970 (National Historic Landmark). Durant les 16ème et 17ème siècles, Blood Run a été une plateforme majeure d'échanges commerciaux, un site de cérémonies, ainsi qu'un lieu de négociation pour créer la paix entre différentes tribus. Les conditions d'habitation étaient idéales: En bordure de rivière, avec une faune abondante, des plaines inondables fertiles, et une protection naturelle contre les vents. 

Ce lieu est en fait l'un des plus anciens sites ayant été habité par l’homme en Amérique du nord. 

IMG_2402

 Le centre d'accueil qui a ouvert ses portes en Mai 2017 est magnifique. On y trouve des expositions et des programmes axés sur l'importance culturelle et historique du site: Reconstitution d'habitats, mini musée qui parle de la manière de vivre des tribus, documentaire très bien fait sur l'histoire du site et les différentes populations qui l'ont habité. Une super bonne qualité !

 IMG_2405

IMG_2407 IMG_2408

IMG_2409 IMG_2411

IMG_2410

Le parc se situe au Sud-Est de Sioux Falls, tout près de la frontière avec l'état d'Iowa. Il s'étend de part et d'autre de la rivière Big Sioux. 

IMG_2414

On n'est pas bien là ?

IMG_2415

IMG_2423

IMG_3179

IMG_2425 IMG_3177 

IMG_2433 IMG_2437

IMG_2417 IMG_2419

IMG_2429 

IMG_2440

IMG_2443

IMG_2444

IMG_2445

Quelques jours plus tard, Eléonore et Abigaëlle et moi même sommes allées à un concert un peu spécial organisé par le Lakota Music Project. (LMP). Il s'agit d'un programme collaboratif unique en son genre entre l'orchestre symphonique du Dakota du Sud et un groupe de musiciens amérindiens (The Porcupine Singers). Ce magnifique projet a vu le jour au début des années 2000 à la suite de nombreuses conversations entre la South Dakota Symphony et les dirigeants des communautés Lakota et Dakota. Le but étant de favoriser une compréhension plus profonde des cultures entre les Blancs et les Indiens d'Amérique. C'est une tentative de rapprochement pacifiste et positive entre les deux cultures, par le biais de la musique. 

Voici le joueur de flûte en cèdre Bryan Akipa

Bryan-Akipa-color_L

K2GC5LWLNMI6TIP6ZJDORVLTYA (1)

Nous avons passé un bon moment avec les filles. C'était très intéressant de pouvoir écouter des morceaux qui alliaient musique classique, chants et flûte indienne et même parfois guitare electrique !! Plutôt surprenant !